Un projet de centre à La Ville-sous-Orbais Des handicapés malvenus ?

Publié le samedi 19 septembre 2009 à 01H00

Ce site va-t-il devenir  un tablissement d'aide  par le travail pour des handicaps ?

Ce site va-t-il devenir un établissement d'aide par le travail pour des handicapés ?

Un ESAT (Etablissement et service d'aide par le travail) sur le site de la colonie du Moulin de la Ville, c'est le projet porté par l'association « Vivre à la Ville » et par l'Unafam (Union nationale des amis et familles de malades psychiques).
Le lieu accueillerait une trentaine de personnes en situation de handicap psychique, tout en recevant des groupes d'enfants « valides » dans le cadre de classes d'eau. « L'intégration passe par la mixité » justifie Joël Béthune, président de l'association.
« Nous avons réfléchi à la possibilité de mettre en place une ferme piscicole, qui serait un moyen de faire vivre le site économiquement, et un support pédagogique ».
Ce projet n'est qu'à ses balbutiements mais intéresse les conseils général et régional.
« Dans la Marne, il manque 500 places pour l'accueil des handicapés », indique Jean-Claude Chaise, président de la délégation départementale de l'Unafam.
« Mon rôle est de trouver ces places, c'est pourquoi nous avons proposé d'intégrer l'accueil de handicapés dans le projet de l'association en septembre 2008 ».
Mais depuis, le projet se heurte aux réticences des élus de La Ville-sous-Orbais et de la communauté de commune de la Brie des Étangs.
« De janvier à août 2009, j'ai envoyé 4 courriers à la CCBE pour présenter le projet. Je n'ai jamais eu de réponse », raconte Joël Béthune. « En février 2009, j'ai invité des élus de La Ville-sous-Orbais à une réunion. La semaine suivante, le conseil municipal votait une délibération signifiant qu'il ne reconnaît pas l'association « Vivre à la Ville » et qu'il ne voulait pas travailler avec ».
Le projet ne semble pas intéresser malgré la trentaine d'emplois qu'il pourrait créer. La présence de handicapés ne serait pas du goût de tous ?
Même si personnellement, Gabriel Moreau, le maire de La Ville-sous-Orbais trouve le projet « intéressant », il ajoute « qu'il ne faudrait pas qu'il devienne trop important et vienne troubler la quiétude du village » de 50 habitants.
Depuis son élection controversée en mars 2008 à la place d'Olivier Perdrix, la tension tarde à retomber dans la commune. Ceci explique sans doute cela.
Rémi Havyarimana

Droits de reproduction et de diffusion réservés © www.lunion.presse.fr